«

»

Oct 06 2014

Renoncement à l’achat d’une maison à cause d’une antenne relais

Bonjour M.le maire,

Suite à mon expérience de ces derniers jours, je prends l’initiative et le temps de vous informer d’une situation qui est la partie émergée d’un iceberg :
Étant en recherche depuis des années d’une maison avec un terrain, et tombant mercredi dernier sur la maison de mes rêves, sur votre commune, je suis aussitôt venu la visiter.
A part quelques défauts, c’était tout à fait ce que je cherchais. Cependant, mon attention a été retenue par la présence d’une grande antenne sur la colline en face de la maison.
Vous n’ignorez certainement pas l’augmentation fulgurante du nombre de cas déclarés de personnes dites électrosensibles, c’est à dire manifestant des signes et alertes de type allergiques ou ressentant de vives douleurs dans leur corps en présence d’ondes radio.
Ces signaux sont bien sur, tous ceux émis par les téléphones portables, les antennes relais, mais aussi par les signaux Wifi des boitiers de connexion réseau (internet ou interconnexions diverses), les téléphones de lignes fixes sans fil DECT, etc … la liste de sources émettrices s’allonge chaque année.
Ces signaux sont aussi appelées ondes radio, car ils émettent dans le domaine des radio fréquences c’est à dire à l’origine de 10 000 Hertz (10 kilo Hertz ou kHz) jusqu’à 300 millions de Hertz (ou 300 Méga-Hertz ou MHz).
Au dessus, on entre dans le domaine des hyperfréquences, de 300 MHz jusque 300 Giga-Hertz (300 000 Mhz). Ces termes sont aujourd’hui confondus et les hyperfréquences sont maintenant appelées radiofréquences ou ondes radio.
Les fréquences utilisées aujourd’hui pour les intercommunications réseau, internet, téléphonie, … sont pour la plupart proches des fréquences utilisées par les four à micro ondes des cuisines, c’est à dire 2450 MHz (ou 2,450 Ghz).
La nocivité de ces ondes est officiellement niée, sauf que les assurances individuelles et surtout professionnelles ont depuis quelques années des clauses spécifiques dans leurs contrats excluant les risques liés aux ondes radio…
Il est scientifiquement prouvé et les fours à micro-ondes des cuisines sont calculées pour cela, que au delà de 1 GHz, les molécules d’eau sont particulièrement agitées en présence de ces ondes, et s’échauffent.
Quand il s’agit de réchauffer des aliments, c’est le but recherché, quoique là encore l’innocuité n’est pas avérée. Mais notre corps et nos cellules sont eux aussi constitués d’eau en majeure partie, et il est prouvé, malheureusement pas encore assez officiellement pour de tristes raisons mercantiles, que la présence d’ondes radio dans notre environnement, nuit à long terme à la santé et au bien être.
Évidemment, il est facile de nier les relations de cause à effet étant donné la très lente et progressive action dégénérative sur la santé. Ce comportement est similaire avec la cigarette du fumeur, ou la consommation d’alcool, tel fut aussi le cas pour les dangers de l’amiante connus de longue date mais reconnus officiellement depuis peu, de même que pour la radioactivité, et tellement d’autres cas similaires dans l’histoire de l’humanité où il est plus facile de se persuader qu’on va de « l’avant » et en même temps de faire l’autruche pour continuer à rentabiliser au maximum les investissements.
Est-ce vraiment le progrès dans de tels cas ?

Votre désir de bénéficier du haut débit, dans votre commune est tout à fait légitime, ce que je conteste ce sont les moyens utilisés, et les solutions retenues :
Il est en effet inadmissible et incompréhensible que votre commune de plus de 600 habitants, située entre deux grands villages correctement équipés pour internet, ne dispose pas d’une connexion ADSL satisfaisante, c’est à dire avec un débit minimum par abonné de plus de 2 Méga-bits par seconde (Mb/s), permettant de naviguer dans les conditions minimales de confort sur le réseau internet.
Il est évident que l’opérateur historique France Telecom n’a pas fait son travail et que vous pourriez faire un sacré tapage médiatique d’influence et peut être même exiger réparation pour préjudice car la situation géographique de votre village et son nombre d’habitants (donc de clients potentiels) fait que l’ADSL devrait être disponible et performant depuis longtemps, et que négliger votre village représente une énorme erreur stratégique et commerciale de la part de France Telecom.
Le conseil municipal et vous M.le maire pourriez vous inspirer de ce qui s’est passé il y a deux ans au sein de la communauté des villages voisins qui, eux non plus ne bénéficiaient pas de l’internet à haut débit. La mobilisation et la motivation a porté ses fruits et France Telecom a du faire le nécessaire pour installer l’ADSL et des équipements internet très respectables de dernières générations, au point même qu’aujourd’hui ces villages bénéficient d’une bien meilleure connexion (parfois jusqu’à 18 Mb/s) que dans beaucoup d’autres communes et villages équipés antérieurement.
Là encore il faut s’entendre sur les définitions :
Le haut débit s’oppose au bas débit des années 1990, c’est à dire que le bas débit c’est environ de 1 à 128 kilo-bits par seconde (kb/s), le haut débit c’est au dessus de 128 kb/s. Bien sur à ce débit de 128 kb/s, l’évolution des sites web de l’internet d’aujourd’hui rend ce débit totalement nul. Il faut comme dit précédemment au moins 1500 Kb/s (ou 1,5 Mb/s), et plus de 2 Mb/s si possible.
L’augmentation du débit offert aux clients des grandes villes amène à parler de « très haut débit ». Nous passons à ce moment là dans la gamme de 20 à 100 Mb/s, mais ce n’est pas du tout d’actualité en province, car la rentabilité au nombre d’habitant par rapport à l’investissement n’est pas intéressante pour les opérateurs.
Donc le « très haut débit » dont vous parlez ou sans doute plus exactement dont vous parle votre opérateur privé est du bluff, car vous l’aurez compris entre 1 et 8 Mb/s, nous sommes dans les intervalles les plus bas du haut débit internet !
De plus la solution apportée par votre opérateur ou n’importe quel autre qui propose l’internet par ondes radio, présente techniquement des limites qui ne vous sont sans doute pas connues :  votre opérateur devra installer des paraboles émettrices/réceptrices pour relayer la connexion internet depuis un satellite géostationnaire situé à 36000 km de la terre. Votre opérateur ne vous a sans doute pas expliqué que la communication peut être perturbée les jours de pluie et d’orage. Il ne vous a sans doute pas expliqué non plus que communiquer avec un satellite situé à 36000 km induit un temps de latence très long pouvant gêner dans les communications téléphoniques et aussi avec de lents temps de réaction dans les jeux vidéos en réseau, dont sont si friands les enfants d’aujourd’hui. Il ne vous expliquera pas non plus l’impact sur la santé évoqué ci-dessus, des signaux wifi de forte puissance utilisés pour relayer les communications en provenance du satellite.
Je voudrais aussi vous sensibiliser sur les précédentes expériences similaires ayant eu lieu dans d’autres villages ruraux. Des entreprises privées ont sauté sur l’opportunité d’empocher des subventions d’état pour convaincre les municipalités de s’équiper en « très haut débit » qui est simplement du haut débit. Avant l’arrivée de l’ADSL, il y une dizaine d’années, des villages firent appel à l’opérateur opportuniste du moment, qui a réalisé l’installation que vous allez faire réaliser par votre opérateur. Quelques mois après, l’entreprise fit faillite, et la connexion internet s’est arrêtée du jour au lendemain dans ces villages. Ce type d’installation crée une fragile dépendance envers un opérateur privé qui peut à tout moment cesser son activité. D’ailleurs pourquoi n’avez vous pas eu d’autres réponses que celle venant de votre opérateur à l’appel d’offre que vous avez émis … ?
D’ailleurs, avec l’opérateur historique, cette fragilité ne se pose pas, gage de pérennité.

Bref je ne vais pas m’étendre beaucoup plus sur la question, mais nous sommes en présence, comme assez souvent aujourd’hui, de beaucoup de mauvaise volonté, de désinformation, d’ignorance entretenue volontairement à des fins mercantiles, bref de pressions lobbyistes et corruptions.

Je suis d’autre part affligé qu’aucun membre du conseil municipal, dont certains affichent une démarche écologique, n’ait émis quelques réserves quant à l’innocuité de cette installation délétère pour tous les habitants.
Cela mériterait à mon avis un débat public voire un référendum pour faire véritablement un choix démocratique, à condition bien évidemment d’avoir et de présenter toutes les informations …

Ce même investissement de plusieurs milliers d’€ que vous décidez de miser sur votre opérateur pourrait contribuer à inciter l’opérateur historique France Telecom à équiper votre village d’un ADSL moderne, ce qui serait un bien meilleur usage de cette importante somme, y compris sur le long terme. De plus, la position géographique de la commune devrait rendre l’opération facile.

Et je vous garantis que les performances et l’évolution de la technologie ADSL n’ont pas atteint leurs limites, ce qui n’est pas le cas de la solution wifi/satellite car pour augmenter le débit par les ondes radio, il faudrait augmenter les fréquences utilisées. Or plus on augmente les fréquences, moins la distance de couverture est grande. Il faut alors soit plus d’antennes relais, soit augmenter la puissance des émissions, mais dans ce cas, nous atteignons la limite de l’indécelabillité pour l’humain. Au delà, des fréquences actuelles, de plus en plus de personnes se rendront immédiatement compte physiquement de la présence perturbante de ces ondes, or celles ci doivent rester discrètes, pour ne pas sensibiliser la population, les performances des communications par onde pourraient avoir atteint leurs limites.

Bon j’en ai finalement dit beaucoup sur ce sujet sur lequel j’ai quelques connaissances par expérience professionnelle, et qui me touche personnellement, en particulier depuis ces derniers jours…

Je ne me fais guère d’illusion quant à l’impact de mon message, sachez seulement que la présence de cette antenne, m’oblige à renoncer à acquérir la maison de mes rêves dans votre commune.
Une exposition permanente à des micro-ondes, même de puissance plus faible que les fours des cuisines, est un risque que je ne ferai pas courir à mes cellules.
Puissiez vous informer la population objectivement sur la situation et transmettre ce message à tous vos conseillers pour information.

Veuillez agréer M. le maire, mes respects les plus sincères.