«

»

Sep 01 2016

L’héroïne numérique

Il est «l'héroïne numérique»: Comment les écrans se tournent les enfants en junkies psychotiques

Comment les écrans transforment les enfants en junkies psychotiques

 Susan a acheté à son fils de 6 ans, John un iPad quand il était en première année. Je pensais, « Pourquoi ne pas le laisser faire une découverte de ces choses ? » Elle m’a dit au cours d’une séance de thérapie que l’école de John avait commencé à utiliser ces appareils pour les jeunes … de plus en plus jeunes – et son professeur de technologie avait argumenté au sujet des avantages éducatifs – Susan voulait faire ce qui était le mieux pour son garçon blond-roux qui aimait lire et jouer au baseball.

Elle a commencé à laisser John jouer différents jeux éducatifs sur son iPad. Finalement, il a découvert Minecraft, que le professeur de technologie a assuré « comme Lego électronique. » Se souvenant de l’amusement qu’elle en avait tiré en tant qu’enfant à construire et à jouer avec les blocs de plastique, Susan laissa son fils jouer à Minecraft ces après-midi là.

Photo: AFP / Getty Images

Dans un premier temps, Susan était très heureuse. John semblait engagé dans le jeu créatif en explorant le monde du jeu-cube. Elle ne remarqua pas que le jeu n’était pas tout à fait comme les Legos de son souvenir – Mais après tout, il n’y a pas à tuer des animaux ni à trouver des minéraux rares pour survivre et accéder au prochain niveau comme souvent avec les jeux électroniques. John semblait vraiment avoir envie de jouer et l’école avait même un club Minecraft, alors comment ce jeu pourrait être mauvais ?

Pourtant, Susan ne pouvait pas nier qu’elle voyait des changements chez John. Il a commencé à devenir de plus en plus concentré sur son jeu et à éprouver de la perte d’intérêt dans le baseball et la lecture tout en refusant de faire ses corvées. Certains matins au réveil il lui dit qu’il pouvait voir des formes cubiques dans ses rêves.

Bien que s’interrogeant, elle pensait que son fils présentait simplement une imagination active. Comme son comportement a continué à se détériorer, elle a essayé de confisquer la tablette, mais John a manifesté des crises de colère. Ses explosions étaient si graves qu’elle cédait et se rassurait en se persuadant maintes et maintes fois que ce ce jeu était «éducatif. »

Puis, une nuit, elle a réalisé que quelque chose allait très mal.

«Je suis entré dans sa chambre pour vérifier qu’il était censé dormir – et j’ai eu tellement peur … « 

Nous savons maintenant que ces iPads, smartphones et Xboxes sont une forme de drogue numérique.

Elle le trouva assis dans son lit à regarder les yeux écarquillés, ses yeux injectés de sang regardant au loin, alors que son iPad était à côté de lui. Il semblait être en transe. Outre la panique, Susan a dû secouer le garçon à plusieurs reprises pour le sortir de cet état. Affolé, elle ne pouvait pas comprendre comment son petit garçon heureux et en santé était devenu tellement accro au jeu qui il finit dans une transe catatonique.

C’est la raison pour laquelle la plupart des parents concepteurs et ingénieurs dans les NTIC sont aussi très prudents avec les Hi-Tech. Steve Jobs était un parent notoirement low-tech. Les cadres et ingénieurs en technologie de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles Waldorf sans technologie. Les fondateurs de Google Sergey Brin et Larry Page sont passés par des écoles Montessori sans technologie,  de même chez Amazon avec son créateur Jeff Bezos et encore avec le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales.

Beaucoup de parents comprennent intuitivement que les écrans brillants omniprésents ont un effet négatif sur les enfants. Nous voyons les crises de colère agressives lorsque les appareils sont enlevés et l’inattention des enfants lorsqu’ils ne sont pas perpétuellement stimulés par leurs dispositifs hyper-excitants. Pire encore, nous voyons ces enfants devenir désœuvrés, apathiques, sans passion et indifférents lorsqu’ils ne sont pas « branchés ».

Mais c’est encore pire que nous le pensons.

Nous savons maintenant que ces iPads, smartphones et Xboxes sont une forme de drogue numérique. la recherche en imagerie cérébrale récente montre qu’elles affectent le cortex frontal du cerveau – qui contrôle le fonctionnement exécutif, y compris le contrôle des impulsions – exactement de la même façon que la cocaïne le fait. La technologie est tellement hyper-excitante qu’elle augmente les niveaux de dopamine – un neurotransmetteur de très impliqué dans le mouvement – autant que le sexe.

C’est pourquoi le Dr Peter Whybrow, directeur des neurosciences à l’UCLA, appelle les écrans «la cocaïne électronique» tandis que les chercheurs chinois les appellent « l’héroïne numérique. » En fait, le Dr Andrew Doan, chef de la recherche en toxicomanie pour le Pentagone et le US Navy – qui a fait des recherches sur l’addiction du jeu vidéo – appelle les jeux vidéo et les technologies de l’écran « de pharmakeia numérique» (du grec signifiant ensorcellement, hypnose, empoisonnement à la drogue).

C’est vrai – le cerveau de votre enfant sur Minecraft ressemble à un cerveau de drogué. Pas étonnant que nous ayons du mal à séparer les enfants de leurs écrans et  trouvions nos petits agités lorsque leur temps d’écran est interrompu. En outre, des centaines d’études cliniques montrent que les écrans augmentent la dépression, l’anxiété et l’agressivité et peuvent même conduire à des caractéristiques psychotiques où le joueur vidéo perd contact avec la réalité.

Dans mon travail clinique avec plus de 1000 adolescents au cours des 15 dernières années, j’ai trouvé que le vieil axiome «Une once de prévention vaut une livre de guérison» êst particulièrement vrai en ce qui concerne la dépendance technologique. Une fois qu’un enfant a franchi la ligne du véritable addict-tech, le traitement peut être très difficile. En effet, j’ai trouvé plus facile de traiter des toxicomanes dépendants à l’héroïne ou à la méthamphétamine que des joueurs de jeux vidéo ou des toxicomanes dépendants des médias sociaux eu autres Facebook.

Selon une Déclaration de l’American Academy of Pediatrics en 2013, les enfants de 8 à 10 ans passent 8 heures par jour avec divers médias numériques tandis que les adolescents passent 11 heures devant des écrans. Un enfant sur trois utilise des tablettes ou des smartphones avant de savoir parler. Pendant ce temps, le manuel de «dépendance à Internet» par le Dr Kimberly Young indique que 18 pour cent des collégiens utilisateurs d’Internet aux États-Unis souffrent de dépendance à la technologie.

Une fois qu’une personne franchit la ligne de non retour dans la dépendance – drogue, numérique ou autre – cela exige un besoin de désintoxication avant tout autre type de thérapie pour avoir une chance d’être efficace. Avec la technologie, cela signifie une cure de désintoxication numérique complète – pas d’ordinateurs, pas de smartphones, pas de tablettes. La désintoxication numérique extrême élimine même la télévision. La quantité de temps prescrite est de quatre à six semaines; qui est la quantité de temps qui est habituellement requis pour un système nerveux hyper-excité à se réinitialiser. Mais ce n’est pas une tâche facile dans notre société remplie de hi-tech où les écrans sont omniprésents. Une personne peut vivre sans drogues ou alcool; mais la dépendance technologique, les tentations numériques sont partout.

Alors, comment pouvons-nous garder nos enfants de traverser cette ligne? Ce n’est pas facile.

La clé est d’empêcher votre enfant de 4, 5 ou 8 ans de rester accroché devant les écrans pour commencer. Cela signifie de lui proposer de vrais Lego au lieu de Minecraft; de vrais livres au lieu d’iPads; du contact avec la vraie nature et le sport à la place de la télévision. Demandez à votre école de ne pas donner à votre enfant une tablette ou un livre numérique jusqu’à ce qu’ils soient âgés d’au moins 10 ans (et même si possible 12).

Avoir des discussions honnêtes avec votre enfant au sujet de pourquoi vous limitez son accès à l’écran. Mangez avec vos enfants sans dispositifs électroniques à table – comme Steve Jobs qui avait l’habitude d’avoir des dîners sans technologie avec ses enfants. Ne soyez pas victime du «syndrome de Parent Distrait » – car nous connaissons la théorie de l’apprentissage social : « ce que le singe voit, le singe le fait. »

Quand je parle à mes garçons jumeaux de 9 ans, j’ai des conversations honnêtes avec eux au sujet de pourquoi nous ne voulons pas avoir de tablettes ni jouer à des jeux vidéo. Je leur explique que certains enfants aiment tellement jouer avec leurs appareils, qu’ils ont du mal à arrêter ou contrôler combien de temps ils jouent. Je les ai aidé à comprendre que s’ils sont pris avec des écrans et Minecraft comme certains de leurs amis, alors d’autres parties de leur vie peuvent souffrir : Ils ne veulent plus jouer autant au baseball; plus lire des livres aussi souvent; sont moins intéressés par des projets de science et de nature; deviennent plus déconnectés de leurs amis du monde réel. Étonnamment, cela ne nécessite pas beaucoup d’arguments pour les convaincre. D’ailleurs, ils ont constaté de première main les changements que certains de leurs petits amis ont subi à la suite de leur temps d’écran excessif.

Modal Trigger

Les psychologues du développement comprennent que le développement sain des enfants implique une interaction sociale, le jeu imaginatif créatif et un engagement avec le monde réel, naturel. Malheureusement, le monde immersif et addictif des écrans amoindrit et bloque les processus de développement.

Nous savons aussi que les enfants sont plus enclins à tomber en dépendance si ils se sentent seuls, aliénés, sans but et désœuvrés. Ainsi, la solution est souvent d’aider les enfants à se connecter à des expériences réelles significatives et avoir des relations de chair et de sang. L’enfant se livrant à des activités créatives en lien avec sa famille est moins sujet à s’échapper dans le monde fantastique numérique. Pourtant, même si un enfant a le meilleur et le plus aimante soutien, il ou elle pourrait tomber dans la matrice une fois qu’il s’engage avec des écrans hypnotiques et l’expérience de leur effet addictif.
Environ une personne sur 10 est prédisposée à des tendances addictives.

En fin de compte, mon client Susan a retiré la tablette de John, mais la reprise a été une bataille difficile avec beaucoup de bosses et de revers le long du chemin.

Quatre ans plus tard, après beaucoup de soutien, John est en train de faire beaucoup mieux aujourd’hui. Il a appris à utiliser un ordinateur de bureau d’une manière plus saine, et a obtenu un certain sens de l’équilibre dans sa vie: Il joue dans une équipe de base-ball et a plusieurs amis proches dans son collège. Mais sa mère est toujours vigilante et reste une force positive et proactive avec son utilisation de la technologie parce que, comme pour toute dépendance, la rechute peut se faufiler dans des moments de faiblesse. Faire en sorte qu’il reste en bonne santé, sans ordinateur dans sa chambre à coucher et en mangeant sans technologie de pointe le soir à la table du dîner sont des clés de la solution.

 

Dr. Nicholas Kardaras est directeur exécutif de The Dunes East Hampton, l’un des meilleurs rehabs du pays et un ancien professeur de clinique à Stony Brook Medicine. Son livre :  » Glow Kids: Comment Addiction écran est Détournement nos enfants – et Comment briser le Trance  » (SaintMartin).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>