«

»

Oct 24 2014

L’agriculteur résiste à son expropriation pour le Grand stade de Lyon

JUSTICE FOOTBALL L’avocat de Philippe Layat annonce qu’il va faire appel de la décision du tribunal qui a validé l’expropriation de l’agriculteur de son terrain proche du Grand Stade…

Lyon, le 24 octobre 2012. Les travaux du futur grand stade dit Des Lumières, qui accueilleras l'équipe de foot de l'OL. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Lyon, le 24 octobre 2012. Les travaux du futur grand stade dit Des Lumières, qui accueilleras l’équipe de foot de l’OL.
Alors qu’un juge des expropriations a validé mardi l’ordonnance d’expropriation de Philippe Layat, agriculteur de Décines qui refuse de vendre son terrain à proximité du Grand stade de Lyon, son avocat Etienne Tête a annoncé qu’il allait faire appel de cette décision et sa volonté de saisir la Chancellerie.

«Cette décision est invraisemblable», lance Me Tête pour qui «les juges s’arrangent pour complexifier les choses». L’avocat estime que cette décision du juge d’expropriation n’aurait pas dû être prise dans l’immédiat et que le juge aurait dû sursoir à statuer. En attendant que le Conseil d’Etat ne rende des décisions définitives aux pourvois du Grand Lyon.

Une pétition avec 90 000 signatures

Philippe Layat, céréalier et éleveur de moutons à Décines, se bat depuis plusieurs années pour conserver son terrain convoité par le Grand Lyon au prix d’1 euro du mètre carré. Selon une pétition qui rassemble plus de 90.000 signatures, «sa propriété va être coupée en deux. Sa seule source de revenu, c’est-à-dire ses terres, va laisser place à une route qui mènera jusqu’au futur Grand Stade de l’OL. C’est 9 hectares qu’on lui [ …] exproprie.»

Les travaux ont déjà débuté malgré l’annulation de plusieurs déclarations d’intérêt public en mai dernier qui servent de base légale. Le Grand Lyon et la préfecture se sont pourvus devant le Conseil d’Etat sans pour autant rendre les arrêts suspensifs. «On a demandé que les travaux s’arrêtent. On sait que lorsqu’ils seront finis, le Grand Lyon ne rendra jamais la propriété», précise Etienne Tête.

Aulas «comprend sa détresse»

«Je comprends sa détresse mais il y a des solutions», a assuré le président du club lyonnais Jean-Michel Aulas mercredi lors d’une conférence de presse téléphonique. «Le Grand Lyon a envoyé un expert hier sur place, assure-t-il. On ne le dit jamais mais la route [qui coupe la propriété de Philippe Layat] ne dessert pas uniquement le stade mais également une autre commune.» Selon Odile Pagani, chef de projet au Grand Lyon interrogée par Le Monde début octobre, «il s’agit d’une déviation de la commune de Décines, qui aurait été construite, même sans le stade». A cet endroit-là?

Jean-Michel Aulas semble conscient du problème et de la médiatisation de Philippe Layat, «qui en rajoute beaucoup» selon lui. «Ça ne doit pas se transformer en un lobby agissant contre l’intérêt général», ajoute le président.

Le Grand Stade de Lyon, stade privé financé quasiment en intégralité par OL Groupe devrait être terminé fin 2015 ou début 2016 et sera fin prêt pour accueillir l’Euro 2016 en France.