«

»

Avr 02 2014

La cause première

Nous pouvons toujours attendre que le ciel veille à nos meilleurs intérêts, il y a un pas préalable à franchir pour amorcer la providence.

Ce pas, c’est la recherche de la cause première à tous les problèmes humains.

Ce que l’on fait habituellement :

L’habitude est de focaliser sur une raison extérieure, d’accuser un gouvernement, un homme public, ou de cibler une tranche de personnes décriée comme manquant de courage, inconsciente, mauvaise, …

L’habitude est de mobiliser de bonnes volontés dans une lutte contre une décision gouvernementale ou une loi, sous forme de manifestions, de pétitions …

L’habitude est d’espérer dans le prochain gouvernement qui sera élu. L’actuel étant mauvais.
L’habitude est de demander aux citoyens de faire des efforts, de prendre sur eux pour changer le monde. Moyen utilisé autant par la classe politique, que par les citoyens eux-mêmes.

Ainsi cela fait des décennies que les écologistes luttent pour l’abandon de la culture intensive et l’usage massif de produits chimiques délétères, au profit de l’agriculture biologique qui a toujours existé auparavant et que l’on sait pérenne pour les générations futures.
Cela fait des décennies que les médecines douces et alternatives attendent d’être reconnues officiellement pour marcher main dans la main en parfaite complémentarité de la médecine officielle.

Des décennies que l’économie aux mains des banques, vide de toute richesse et autonomie décisionnelle les pays du monde, alors même que la production n’a jamais généré autant de richesses dans nos sociétés.
Encore des décennies que les activistes sont engagés dans des luttes contre un tas de projets contraires au bon sens, au respect de la vie et du bien être (nucléaire, emplois et salaires, schiste, défense des retraites et de la sécu, …).

Pour quel résultat ?

Un résultat nul, un désastre !

Où sont les sources d’énergie propres, gratuites et non polluantes qui existent et qui peuvent dès maintenant remplacer notre dépendance au gaz, au pétrole et au nucléaire ?

Où sont les médecines douces et alternatives qui s’occupent du terrain de la personne malade et lui permettent de guérir sans effet secondaire ?

Où sont les terres vivantes et riche gorgées d’humus, dans lesquelles pousse naturellement tout ce qu’on y sème ?

Où sont passés et pourquoi payer depuis 1973 des milliards d’euros d’intérêts indus et odieux sur la monnaie empruntée par notre pays, alors qu’avant cela se faisait sans intérêt ?

Je pourrai citer tellement d’autres exemples de l’inefficacité des luttes, pétitions et manifestations de toutes sortes. Sauf à faire prendre conscience à chacun d’entre nous que quelque chose ne va pas, mais quoi ?

Il est temps de réaliser que la cause première de cette inefficacité réside dans le fait que de puissants lobbies ont capté à leur profit exclusif, toutes les ressources qui devraient profiter aux êtres humains. Mais plus que cela, ils ont détourné la démocratie et nous ont supprimé à nous citoyens, toute possibilité de contrôler les lois, l’usage et l’application de celles-ci.

Car enfin, si nous sommes vraiment en démocratie, c’est-à-dire que le pouvoir est entre les mains du peuple lui-même, alors les lois sont écrites par le peuple ou des personnes qui défendent nos intérêts, alors nous initions des référendums d’initiative populaire, alors nos représentants nous rendent des comptes, alors nous pouvons contrôler et rectifier leurs actions, alors ils ne peuvent faire autre chose que ce que nous décidons, alors nous écrivons les lois,…

Et quelles lois écririons nous ? Forcément les meilleures pour nous et nos enfants !

Mais ces lobbies constitués de personnes pourtant très minoritaires sur terre, tirent toutes les ficelles, nous faisant même oublier ce qu’est la démocratie !

Toute l’impuissance à laquelle les citoyens font face, toutes les luttes pour défendre de nobles causes n’ont et n’auront aucune efficacité tant que au niveau politique, nous citoyens, laisserons le pouvoir à des représentants qui sont en réalité des maîtres.

Or la tendance humaine veut qu’un homme arrivant au pouvoir soit tenté de servir ses intérêts avant ceux des autres.

Tous nos problèmes actuels sont, d’abord et avant tout, politiques.

Par exemple, on ne peut pas demander aux agriculteurs d’arrêter d’utiliser des produits chimiques sans les soutenir réellement et efficacement dans la conversion vers l’agriculture biologique. Ainsi, toutes les aides financières et subventions allouées par l’état aux agriculteurs, doivent être versées uniquement à ceux qui adoptent la production biologique. Mais il faudrait accompagner cette transformation par des formations pour apprendre les règles de l’agriculture biologique et en particulier comment se passer de la chimie. Il faudrait aussi valoriser les métiers de la terre et encourager les petites exploitations à échelle humaine afin que l’agriculteur lui-même sente le bien fondé et l’utilité, pour sa terre et sa production, pour l’avenir et le bien être de l’humanité, de ne jamais utiliser de produits chimiques.

Il s’agit exclusivement de décisions politiques.

Or nos homme politiques, nos maîtres, corrompus et avides de pouvoir et d’argent servent leur intérêts, ceux des banques et de la finance. Ils n’ont aucune raison de s’occuper de nos intérêts.

« Ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir »

La seule solution est de se mobiliser pour la cause première à tous nos maux, et de mettre en place une démocratie. Quand nous aurons enfin le pouvoir de décider ce qui est bon pour nous et la planète, nous pourrons avancer et mettre en œuvre la société digne et prospère qui nous est due !

Ce n’est pas quelque chose de réservé à des experts ni à des professionnels, bien au contraire, nous sommes capables de concevoir des lois et des fonctionnements bien meilleurs que ce qui a été mis en place jusqu’à maintenant, n’en doutons point.

Renseignez vous autour de cette idée soutenue et défendue par Etienne CHOUARD.

Plus d’information sur Internet ici :

http://www.le-message.org/