«

»

Mar 30 2012

Je vote pour la démocratie

Je reçus ce mail peu de temps avant les élections présidentielles, qui inspira ma réponse plus loin


Qui suis-je ?

Mon père était un riche bourgeois (Médecin ORL, propriétaire de plusieurs cliniques) et il militait à l’extrême droite aux côtés de Maître Tixier-Vignancourt et pour l’OAS…
J’ai passé mon enfance à Bois-Guillaume, ville résidentielle (sur les hauteurs de Rouen) où habitent les plus riches normands.Je fus élevé chez les « bourges du privé », que je critique constamment à « St Jean-………Baptiste de la Salle à Rouen ».
Puis j’ai continué mes études dans la commune des aristocrates et des grands-bourgeois : à NEUILLY SUR SEINE où mes parents avaient acheté une superbe propriété.
Malgré ma fortune et mon patrimoine estimé à plus de 10 Millions d’Euros, je ne paie pas l’ISF car un montage ingénieux sous forme de plusieurs SCI me rend quasiment introuvable par le fisc français.
A la fin des années 70, sortant de l’ENA je sens que la droite va perdre et que Mitterrand est sur la pente ascendante, pour assurer mon avenir je choisis alors de rejoindre le PS.Je n’ai jamais dirigé une grande ville.Je n’ai jamais dirigé une grande région.Je n’ai jamais été ministre ni secrétaire d’état.
Je dirige malgré tout le département de la Corrèze qui est devenu grâce à moi en 4 ans le plus endetté de France (+ 25% de dette soit 3 fois plus que la moyenne nationale) et le seul où le nombre de fonctionnaires a augmenté de 50% dans le même temps (de 831 à 1231). Pour 2012 dans mon département, j’ai déjà fait voter une hausse de 6.5% de la taxe foncière, de 300% les taxes sur les permis de construire. J’ai supprimé : les bourses étudiantes, la gratuité des transports scolaires, les 1000 € de prime de garde d’enfants et diminué presque toutes les aides aux personnes âgées ou dépendantes.
Je ne déjeune pas au Fouquet’s, je vais dans un endroit plus discret mais encore plus chic où j’ai fêté ma récente victoire aux primaires socialistes et où dernièrement j’ai été l’invité d’un assez pauvre, Pierre BERGE. Ma cantine, c’est chez LAURENT dans le 8ème.
J’envisage d’augmenter de 45 milliards d’euros les impôts et taxes en tout genre car c’est plus facile que de diminuer le nombre de fonctionnaires, je souhaite d’ailleurs en embaucher 65.000 de plus … Ce qui coûtera 100 milliards à la FRANCE car un fonctionnaire est payé par l’état à vie, sécurité de l’emploi oblige!!!
Je n’aime pas les riches qui gagnent plus de 4000 euros par mois mais j’en gagne 7,5 fois plus avec mes 30.387 € par mois !!!
Donc 63% de plus que le Président de la République (19 331 € par mois) que j’accuse d’être proche des riches …

Je m’appelle………….

François HOLLANDE

Votez pour moi, je vous ruinerai en 5 ans.

Le changement c’est maintenant !


Ma réaction :

Je commence à en avoir marre de constater toujours la même chape d’ignorance qui sévit chez presque tous les citoyens français !

Quand est-ce que les gens vont ouvrir les yeux et enfin admettre que cela fait des années que la démocratie n’est plus qu’un mot, certes encore employé à toutes les sauces, mais dont le sens a été à l’évidence oublié ?
Définition :
Etymologie
: du grec dêmos, peuple, et kratos, pouvoir, autorité.
La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu’il y ait de distinctions dues à la naissance, la richesse, la compétence… (principe d’égalité).

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Lorsque le sujet est évoqué, on nous dit : « si si, en fait, c’est une démocratie indirecte ou représentative où le pouvoir s’exerce par l’intermédiaire de représentants désignés lors d’élections au suffrage universel. »
Justement ! Comment gober que l’on est encore en démocratie, alors même qu’on nous demande d’élire des représentants qui, durant tout leur mandat seront nos maîtres absolus ?
En quoi le peuple détient-il le moindre pouvoir sur son destin ?
Ce serait seulement à l’occasion des élections que ce qui reste de l’idée originale du mot démocratie serait d’actualité ?
Mais c’est n’avoir toujours rien compris !
Le minimum serait de pouvoir à tout moment demander des comptes, allant jusqu’à destituer les élus face aux échecs ou non respect des promesses.
Mais qui sont ces candidats, d’où viennent-ils (voir document joint « Qui suis-je ? »?
Ils sont tous issus de milieux favorisés et coupés des réalités depuis toujours.
Ils sont tous passés par les mêmes écoles (Sciences Po, ENA, … ), donc déjà tous formatés de la même façon.
Ils ont tous des postes qui continuent de les isoler des réalités (députés, sénateurs, maires de grandes villes, …) en les faisant nager dans la facilité et l’opulence, et surtout qui les fait fréquenter le monde des requins de la finance.
Les plus ambitieux qui se font remarquer en poste, sont encouragés et aidés par des financiers pour se lancer dans une campagne électorale. En retour, une fois élu, le candidat sera à la merci des financiers qui l’auront soutenu, et devra prendre progressivement toutes les mesures pour favoriser l’enrichissement des riches.

Je suis sur que vous avez du regarder le débat Holande-Sarkozy ?
Qui pose les questions ? Des citoyens ? Non ! Des journalistes ? Même pas ! Ah vous les appelez comme ça vos arbitres ?
Il y a juste des sujets qui devront être abordés durant un temps de parole chronométré.
Chacun accuse l’autre de proposer ou d’avoir fait des mauvais choix, sans jamais approfondir les origines de ces choix jusqu’à leur source.
Mais franchement, de qui se moque t-on ?

Où sont les questions vraiment fondamentales ?
En voici quelques unes et pas des moindres :

  • A quoi nous sert-il, nous français, de faire partie de l’Europe et de continuer de lui verser 21 milliards d’euros par an, alors qu’elle nous en reverse sous forme de subventions 14 ?
  • Qu’est ce que l’Europe produit comme richesses ? Quel est le PIB de l’Europe hein ?
  • A quoi bon avoir un parlement, des députés, des organismes décisionnaires en double, l’un dans chacun des pays membre, et l’autre à Bruxelles au sein de l’Europe ?
  • Démontrez moi que je me trompe, si je dis que l’Europe ressemble à s’y méprendre à une structure supranationale qui impose directement à chaque état membre les exigences des capitalistes, et que c’est maintenant pour eux bien plus simple qu’avant, où il fallait convaincre 12, non 25, non 27 pays individuellement.
  • Pourquoi obliger les états comme la France à emprunter son propre argent sur les marchés de la finance en échange d’intérêts et qui mène inexorablement à la crise ?
    Avant 1973, l’état français créait sa propre monnaie évidemment sans intérêt, et il n’y avait aucune dette comme dans tous les pays qui créaient leur monnaie.
  • Comment peut-on présenter le sujet sur le nucléaire du seul point de vue de la compétitivité par rapport aux autres pays et pervertir l’argument écologique en s’appuyant sur la préservation des énergies fossiles, alors que ça touche à la vie de l’espèce humaine sur toute la terre ? La question n’est donc pas de continuer comme avant (Sarko) ou de fermer une centrale sur nos 75 d’ici 5 ans, ni quelques autres d’ici 2050 (Hol). Encore moins d’investir dans le projet mort-né ITER (voir document joint pour ceux qui ont toujours besoin d’arguments)
    C’est ridicule de faire croire que l’Allemagne a commis une erreur en fermant 8 réacteurs nucléaires après la catastrophe de Fukushima, de faire croire que la France tire avantage, en particulier financièrement, de la décision allemande de sortir du nucléaire et que donc la France a tout intérêt à maintenir son parc nucléaire. Ces assertions sont simples à contredire car grossières. Ainsi, l’arrêt de huit réacteurs nucléaires allemands depuis mars 2011 aurait rapporté 360 millions d’euros sur neuf mois à la France, via l’électricité exportée outre-Rhin, or les données utilisées excluent arbitrairement les périodes d’hiver au cours desquelles c’est la France qui importe massivement depuis l’Allemagne, y compris depuis la fermeture de 8 réacteurs allemands. De plus, l’Allemagne n’importe que le courant électrique et les déchets nucléaires produits simultanément restent à la charge de la France.
    L’énergie propre et gratuite existe depuis plus d’un siècle, mais la question est censurée. . . Par qui, pourquoi ? Oh si c’était vrai ça se saurait hein ? Pour les incrédules, renseignez vous donc un peu sur qui était Nikola Tesla, sans parler des centaines d’inventions contemporaines (allez voir par exemple ce site: http://energie-libre.com )

Franchement, on voit bien que l’opposition droite-gauche n’est qu’une façade pour donner l’illusion de démocratie au peuple qui dort et gobe.
Le vrai pouvoir est tenu par les financiers qui sont derrière la scène politique et qui sont tous à la tête de grands lobbies : Energie, Agro et Pharmaco-Chimie, Education !
Ces financiers n’ont qu’une seule ambition combinée en trois facettes : le pouvoir, la richesse, l’immunité.

Par le passé, les candidats sincères ou porteurs d’espoir pour les citoyens, avec un programme basé sur le bien être du peuple, mais représentant une menace pour le système en place, ont tous été évincés, dont Coluche, Jean Marc Governatori (FEA – La France en action), Patrick Sébastien (DARD – Droit Au Respect et à la Dignité), et bien d’autres, etc …
Ceux qui ne sont pas une menace sont laissés en place comme minorité « représentative » du contre pouvoir, preuve qu’on est bien en démocratie « ah bon, ouf ! »

Je pourrais argumenter des pages et des pages, mais cela suffit, les choses sont claires !
Et Internet est là pour approfondir ou vérifier ce que je dis.
Voter pour bonnet rose ou bonnet bleu, le citoyen est toujours pris pour une vache à lait, car l’élu est au service de la finance, et n’a aucune latitude.
Donc quel que soit l’orientation politique affichée, l’orientation véritable sera capitaliste !
De plus, le vote blanc n’est absolument pas pris en compte, car au résultat de chaque élection, le total des voix de tous les candidats fait 100%, alors qu’avec les votes blancs et nuls, cela devrait faire moins. De plus, le vote blanc est compté comme une abstention, sans aucune autre considération. Évidemment, car quel serait le crédit d’un candidat élu à 55% de 40% de votants ?
Donc la question est éludée vite fait, bien fait !

Je rappelle la question du début : Où est la démocratie ?

Maintenant que j’ai expliqué la situation vue par une majorité d’abstentionnistes qui ont bien compris, qu’est-ce qu’on fait ?
Si l’énergie dépensée dans des actions d’apparences nobles est au final inutile, je suis cependant d’accord que la passivité n’est pas une solution.
Il faut donc :

  • Bien comprendre comment marche vraiment ce système.
  • Ensuite communiquer le plus possible aux ignorants comment marche ce système.
  • Tout en sachant que toutes les vérités passent par trois étapes:  la première est le ridicule, durant la seconde on s’y oppose violemment, et enfin troisièmement, elle est acceptée comme étant une évidence.
  • En même temps ouvrir des voies pour une nouvelle société avec par exemple, la réécriture d’une constitution instaurant une démocratie (réelle), à l’instar de l’Islande (voir ce petit résumé vidéo de la situation : https://www.youtube.com/watch?v=dkfMmf-4CAE ) et aussi telle que proposé depuis 2005 par Etienne Chouard : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

Voila ma position, je suis ouvert à toute proposition.
Mais de grâce, ne me demandez pas d’aller alimenter un système qui ne sert pas les intérêts de son peuple (quelle que soit la tendance affichée des pantins Sarkande qui s’agitent ) !
N’accusez pas les abstentionnistes de laisser arriver la dictature. Elle est déjà là depuis longtemps, mais sous une nouvelle forme discrète voire invisible.
Profitons de disposer d’un internet encore libre, car cet unique média non contrôlé nous permet d’échanger, mais attention là aussi, des projets sont en cours …
Faites donc circuler ce message, ce sera surement plus utile que de se déplacer demain !

L’ignorance enchaîne, la connaissance libère

Allez, bon quinquennat à tous !
Ronan.